13 septembre 2012 – Biens Mal Acquis : Transparency International France et SHERPA dénoncent des tentatives d’intimidations judiciaires

Paris, le 13 septembre 2012

 

Suite à l’annonce dans la presse d’une demande de comparution de Daniel Lebègue, président de Transparency International France, devant un tribunal de Malabo (Guinée équatoriale)[1], l’association anti-corruption et son avocat Me William Bourdon (également président de l’association SHERPA) dénoncent des tentatives d’intimidations judiciaires. Outre la plainte visant Daniel Lebègue en Guinée équatoriale, Daniel Lebègue et Me William Bourdon font tous deux l’objet de plaintes en diffamation déposées, auprès de la justice française, par les avocats de la famille Obiang.

 

Transparency International France et SHERPA apportent par ailleurs les précisions suivantes :

 

  • Daniel Lebègue n’a jamais tenu et désapprouve les propos qui lui sont attribués par le procureur général de la Guinée équatoriale, David Nguema Obiang, qui aurait ouvert une enquête à son encontre « pour des délits présumés de calomnies et d’injures aux institutions publiques et aux autorités de la Guinée équatoriale » [2].
  • La plainte déposée en décembre 2008 à l’encontre des chefs d’Etat du Congo-Brazzaville, du Gabon et de la Guinée équatoriale n’est nullement dirigée contre les autorités, les citoyens ou les entrepreneurs de ces pays. Elle vise uniquement certains dirigeants de ces pays, nommément désignés, à l’encontre desquels existent de forts soupçons de détournements de fonds publics.
  • Daniel Lebègue est qualifié « d’entrepreneur français », ce qui est inexact. S’il a exercé des responsabilités de dirigeant d’entreprise dans une vie antérieure, il ne dirige aucune entreprise aujourd’hui. La plainte déposée en 2008 l’a été au nom de l’association anti-corruption, Transparency International France, Daniel Lebègue agissant alors en tant que Président de cette association.
  • Enfin, Daniel Lebègue souhaite préciser qu’il n’a pas connaissance d’une demande de comparution devant la justice équato-guinéenne. Une plainte pour diffamation a été déposée en France par un avocat français au nom de Monsieur Téodoro Obiang. Daniel Lebègue répondra à la convocation du juge français, contrairement au fils du Président Obiang qui refuse de se rendre aux convocations de la justice française depuis plusieurs mois et qui est actuellement sous le coup d’un mandat d’arrêt international. Si Daniel Lebègue venait à recevoir une convocation de la justice de Guinée équatoriale, il verra avec son avocat la meilleure manière d’y répondre.

 

 

[1] Guinée équatoriale: la justice réclame la comparution du président de Transparency France, AFP, 12 septembre 2012

[2] Selon une dépêche de l’AFP parue le 12 septembre 2012, le procureur équato-guinéen aurait indiqué dans un communiqué que « Daniel Lebègue a affirmé que la Guinée était un pays dans lequel on ne pouvait faire des affaires en raison de la corruption, que les autorités étaient corrompues et qu’il n’y avait pas de sécurité juridique ».

 

***

 

Contacts presse :

 

Association SHERPA :

Maître William Bourdon | 01 42 60 32 60

 

Transparency International France

Julian Névo | 01 84 16 95 95