3 septembre 2014 : Transparency International France suspend l’adhésion de BNP Paribas

Paris, le 3 septembre 2014

 

Dans un accord conclu le 30 juin dernier avec les autorités américaines, BNP Paribas a  reconnu que son entité en charge du négoce international de pétrole et gaz a volontairement dissimulé entre 2004 et 2012 des transactions illégales de plusieurs milliards de dollars avec le Soudan, Cuba et l’Iran.

Transparency International France considère que les pratiques mises en lumière dans l’accord du 30 juin sont très graves. Les manœuvres consistant à délibérément cacher les bénéficiaires effectifs de transactions illégales sont des pratiques de blanchiment dénoncées depuis des années par notre ONG. Au niveau du siège de la banque, ce dossier a par ailleurs mis en lumière de sérieuses défaillances du système de contrôle et de supervision.

Etant donné les faits reconnus par BNP Paribas, Transparency International France considère que la Banque n’a pas su faire respecter l’engagement de pratiques intègres et transparentes dans l’ensemble de ses activités auquel elle a souscrit en adhérant à l’association en 2003. Transparency International France décide en conséquence de suspendre l’adhésion de BNP Paribas pour une durée indéterminée.

Cette décision pourra être réexaminée à l’avenir si l’entreprise est en mesure de démontrer avoir tiré tous les enseignements des graves défaillances identifiées.

Transparency International appelle depuis de nombreuses années l’ensemble des gouvernements à sanctionner avec la plus grande rigueur les pratiques de blanchiment que ce dossier illustre et l’ensemble des banques qui auraient pu recourir à des pratiques comparables à mettre en place sans délai les mesures propres à les empêcher.

* * *

Contact  :
Julian Névo : 01 84 16 95 65
[email protected]