27 janvier 2016 – Indice de perception de la corruption 2015 : la corruption continue de sévir malgré une mobilisation citoyenne plus forte
Transparency International appelle les citoyens du monde entier à agir contre la corruption.
Berlin, 27 janvier 2016

L’année 2015 a montré que la mobilisation citoyenne peut remporter des victoires dans la lutte contre la corruption. Bien que la corruption continue d’affecter de trop nombreux pays à travers le monde, l’indice de perception de la corruption de Transparency International révèle qu’en 2015, le nombre de pays dont le score a progressé est supérieur à ceux dont le score a baissé.

Deux tiers des 168 pays évalués par l’indice 2015 obtiennent une note inférieure à 50; sur une échelle allant de 0 (perçu comme fortement corrompu) à 100 (perçu comme très peu corrompu).

Pourtant, dans des pays comme le Guatemala, le Sri Lanka et le Ghana, les citoyens se sont mobilisés pour chasser du pouvoir des responsables corrompus. Un message fort à été envoyé au reste du monde, encourageant les autres pays à prendre des mesures décisives en 2016.

 » La corruption peut être éliminée, si nous agissons tous ensemble. Pour éradiquer les abus de pouvoir, les pots-de-vin et les accords secrets, les citoyens doivent dire à leurs gouvernement qu’ils en ont assez.

L’indice de perception de la corruption 2015 montre clairement que la corruption continue d’affecter de nombreux pays à travers le monde. Cependant, en 2015, les citoyens sont descendus dans la rue pour protester contre la corruption envoyant à leurs dirigeants le message qu’il est grand temps de s’attaquer à la grande corruption« , déclare José Ugaz, président de Transparency International.

Le Brésil est le pays qui a enregistré la plus forte baisse. Le pays chute de 5 points et de 7 places, il occupe à présent la 76ème place. En 2015, les révélations du scandale Pétrobras, ont entrainé de nombreuses manifestations citoyennes. Les procès judiciaires qui ont débuté pourraient permettre au pays d’avancer dans la lutte contre la corruption.

D’autres succès de la lutte contre la corruption en Mongolie, au Guatemala et pour la protection des lanceurs d’alerte sont disponibles sur le site de Transparency International. Ces victoires sont aussi le fruit de l’action du réseau de Transparency International composé de plus de 100 sections à travers le monde.

Les résultats

L’indice évalue la perception de la corruption dans le secteur public dans 168 pays.

Le Danemark conserve la première place tandis que la Corée du Nord et la Somalie obtiennent les plus mauvais résultats avec seulement 8 points chacun.

Les pays les mieux classés partagent certaines caractéristiques : liberté de la presse, ouverture des données sur les comptes publics, haut degré d’intégrité des responsables publics, équité de la justice indépendamment de la position sociale des citoyens et indépendance des institutions judiciaires.

En revanche, conflit, guerre, faible gouvernance, fragilité des institutions telle que la Police et la Justice, manque d’indépendance des médias, caractérisent les pays les moins bien classés.

Les pays qui ont enregistré une forte baisse au cours des quatre dernières années sont la Libye, l’Australie, le Brésil, l’Espagne et la Turquie. A contrario, la Grèce, le Sénégal et le Royaume Uni figurent parmi les pays qui ont obtenu la plus forte hausse.

L’indice de perception de la corruption est élaboré à partir de l’opinion d’experts sur la corruption dans le secteur public. Les pays obtenant une note élevée disposent souvent d’une administration transparente permettant aux citoyens de demander des comptes à leurs responsables. À l’inverse, une mauvaise note est le signe d’un recours systématique à des pots-de-vin, de l’absence de sanctions en cas de corruption et d’une inadéquation entre les prestations de l’administration et les besoins de la population.

 Consulter les résultats