Si la lutte contre la corruption avance, c’est avant tout grâce aux personnes qui un jour décident d’en parler. Souvent au détriment de leur situation personnelle, elles agissent dans notre intérêt à tous.

Ces personnes – lanceurs d’alerte, victimes ou simples citoyens vigilants, nous avons choisi de leur venir en aide. Depuis septembre 2014, nous nous efforçons d’apporter assistance, soutien moral et conseil juridique à des victimes et témoins de la corruption en France.Déjà plus de 150 signalements ont été traités grâce à l’engagement de nos juristes bénévoles.

Découvrez ici quelques-unes de leurs histoires.

Tayeb est capitaine des Sapeurs-pompiers au Service Départemental d’Incendie et de Secours  des Bouches-du-Rhônes (SDIS 13) depuis deux ans lorsqu’il y découvre de nombreuses irrégularités : violations du code de marchés publics, favoritisme dans les procédures de recrutement et passation irrégulières de contrats de prestation de service.

Alors que sa hiérarchie répond à ses questions par une menace de mutation, il décide d’écrire au Procureur et à la Chambre régionale des comptes. Le courage et la persévérance de Tayeb ont porté leurs fruits puisqu’après l’ouverture d’une information judiciaire, les ex-dirigeants du SDIS 13 sont aujourd’hui mis en examen pour des faits présumés de favoritisme, détournement de fonds publics et trafic d’influence.

Afin d’apporter son soutien à Tayeb et d’encourager les actions citoyennes contre la corruption dans un département où c’est une priorité,Transparency International France s’est récemment constituée partie civile dans ce dossier.

>> En savoir plus

Ancien directeur administratif et financier d’une association sous tutelle de la Caisse primaire d’assurance maladie, Paul* a perdu son emploi. Sa faute ? Avoir refusé de créer un emploi fictif. Paul avait alors signalé au Procureur de la République ces faits susceptibles de constituer une escroquerie et un détournement de fonds public.

A la suite d’un long combat judiciaire mené avec le soutien de Transparency France, la Cour de cassation a reconnu, au nom de la liberté d’expression des salariés, que Paul n’avait commis aucune faute et qu’il devait dès lors être réintégré dans ses fonctions.

Grâce à lui, la plus haute juridiction judiciaire a pris une décision déterminante pour l’avenir des lanceurs d’alerte en France.

* Le prénom a été changé

Nicolas* habite un village du Vaucluse (84) qui a récemment modifié son plan local d’urbanisme. Par décision du Conseil municipal, plusieurs terrains situés sur la commune ont été reclassés en parcelles constructibles dans le but de développer une zone artisanale.

Problème : les fils du maire, qui a participé à la décision, ont acheté quelque temps avant 5000 m2 de terrain dans cette zone. Suite au reclassement, le prix des terrains est passé de 1 à 13 euros le m2.

Nicolas décide d’agir pour remettre en cause une décision municipale manifestement entachée de conflit d’intérêts. Il contacte alors Transparency France.

Conseillé par nos juristes bénévoles, Nicolas parvient à réunir les preuves de la prise illégale d’intérêts : achat du terrain, délibération du Conseil municipal. Ces preuves nous ont conduits à adresser un signalement au Procureur de la République.

* Le prénom a été changé

Si nous pouvons leur venir en aide, c’est d’abord grâce à votre soutien. Faites-un don maintenant pour nous aider à poursuivre notre action aux côtés des victimes et témoins de la corruption.

Je suis convaincu que l’action de Transparency France peut faire la différence et je suis fier d’y apporter ma contribution

François Michaud, élève-avocat bénévole