7 juillet 2015 – Déclaration sur le lobbying : les organisations signataires progressent dans la mise en œuvre de leurs engagements

Paris, 7 juillet 2015

Dans une déclaration commune rendue publique en février 2014, huit entreprises membres de Transparency International France avaient souhaité soutenir publiquement les actions conduites par l’association autour des enjeux du lobbying : BNP PARIBAS, CRÉDIT AGRICOLE SA, L’ORÉAL, LAFARGE, FDJ, LA POSTE, PERNOD RICARD, TILDER. Les signataires s’engageaient également à tenir compte des principes de transparence, d’équité et d’intégrité recommandés par Transparency International France dans leurs démarches de lobbying.

Comme Transparency International France l’avait souhaité, la signature d’une déclaration commune par les premières entreprises a eu un effet d’entrainement. Six autres organisations ont depuis rejoint la déclaration : AÉROPORTS DE PARIS, AXA, GSK, SOCIÉTÉ GÉNÉRALE, LEEM – Les Entreprises du Médicament, ROCHE.

Les secteurs d’activité ainsi s’élargissent et une première fédération professionnelle s’engage dans cette démarche de progrès. La déclaration est en effet ouverte à toutes les organisations (entreprises, fédérations d’entreprises, associations professionnelles, syndicats et ONG) qui souhaitent avancer et ouvrir des voies, en lien avec leurs engagements pris au titre de leur politique d’éthique, de responsabilité sociétale ou de leur gouvernance.

Des évolutions positives dans les pratiques

La dynamique d’échanges s’est poursuivie tout au long de l’année avec un dialogue régulier entre les signataires et l’association. Un peu plus d’un an après la publication de cette déclaration, Transparency International France publie un premier bilan de la démarche : de réels progrès en termes d’appréhension des enjeux d’évolutions des pratiques de lobbying, de portage des engagements au plus haut niveau, mais aussi d’outils mis en place pour mettre en œuvre ces engagements et de partages des modalités de progrès entre les entreprises.

Transparency International France constate notamment :

  • Des rapprochements et coopérations nouvelles entre les équipes Affaires publiques (AP) et Responsabilité Sociétale (RS), notamment avec la prise en compte récente d’un critère lié au lobbying dans la notation extra-financière de l’agence Vigeo. La cohérence des pratiques de lobbying avec les démarches de RSE vers d’autres parties prenantes était une recommandation forte de Transparency France
  • Des interactions entre les engagements en matière de lobbying et les référentiels de déontologie, les codes de conduite des affaires ou encore avec les dispositifs de conformité existants
  • Des engagements pris au plus haut niveau (Présidence, Comité exécutif, Conseil d’administration)
  • L’élaboration de chartes d’engagements dédiées aux pratiques de lobbying, rendues publiques
  • La publication de positions prises dans les débats publics selon différentes modalités. Il s’agit d’une recommandation forte de Transparency France afin de progresser dans la transparence des principales positions promues
  • La création d’outils dédiés et innovants : organisation de sessions de formation/sensibilisation ; création de sites dédiés aux affaires publiques facilitant la publication des engagements et des positions ; sensibilisation et diffusion des pratiques souhaitées à travers des supports de communication interne…
  • L’inscription volontaire sur les registres des représentants d’intérêts existant au sein des institutions européennes, de l’Assemblée nationale et du Sénat
Afin d’approfondir encore la démarche et mettre à profit le partage d’expériences, Transparency International France et les signataires de la déclaration ont convenu de conduire une réflexion commune en vue d’accompagner l’inscription sur les registres, notamment la déclaration des dépenses consacrées au lobbying qui gagneraient à être harmonisées entre les différentes organisations.
***

Contact presse :

Julian Névo
01 84 16 95 65
contact@transparency-france.org