C’est désormais une certitude, le premier procès de l’affaire des biens mal acquis s’ouvrira à Paris, le 19 juin 2017, date fixée suite à la décision de report du Tribunal correctionnel.  Teodorin Obiang, Vice-président de Guinée Equatoriale, est poursuivi pour blanchiment d’abus de biens sociaux, détournement de fonds publics, abus de confiance et corruption.

Sherpa et Transparency International France sont à l’origine de ce procès historique. Les enquêtes sont toujours en cours sur les patrimoines français des familles Bongo (Gabon) et Sassou-Nguesso (République démocratique du Congo).

> Biens mal acquis : les dates clefs pour comprendre

Par « biens mal acquis », on entend l’ensemble des avoirs et biens publics détournés du budget d’un Etat et placés à l’étranger à des fins personnelles. Il s’agit ainsi d’un enrichissement illicite, c’est à dire de l’augmentation substantielle des biens d’un agent public, ou de toute autre personne, que celui-ci ne peut justifier au regard de ses revenus.

La Banque Mondiale évalue le coût annuel des avoirs et biens détournés dans les pays en développement et placés à l’étranger entre 20 et 40 milliards de dollars.

PROJETS ET ACTIVITÉS

EN SAVOIR PLUS

Nous avons récemment lancé un nouveau site Web. Si vous êtes à la recherche de contenus spécifiques, notre site d’archives peut vous aider !

 Se rendre sur le site d’archives